fr

Noosphère. La Terre a plusieurs sphères, et l’homme est l’une d’entre elles.

Noosfera_Noosphère_Noosphere

L’atmosphère est la couche de gaz qui enveloppe la Terre. La biosphère est l’ensemble des écosystèmes de la planète. La géosphère, quant à elle, correspond aux parties les plus denses de la croûte terrestre, à savoir la roche et le sol. Toutes ces « sphères » fonctionnent comme autant de « niveaux » connectés les uns aux autres. Ce sont des domaines distincts et spécifiques, tout en étant étroitement liés ; ils façonnent le monde dans lequel nous vivons. Mais où s’insère donc l’être humain ? Hmm… Avez-vous déjà entendu parler de la noosphère ?

 

Formée par le monde des idées, des produits culturels, des langues, des théories et des connaissances, la noosphère est la « sphère » de l’homme. C’est la « dimension de la pensée » et, comme pour les autres « niveaux », elle renvoie à la capacité de l’être humain à modeler la forme de la planète et aux impacts qu’il est capable d’avoir.

 

Le concept est né en 1924, à Paris, lors de conversations entre le paléontologue et prêtre Teilhard de Chardin, le mathématicien Édouard Le Roy et le géologue russe Vladimir Vernadski. Ce dernier est celui qui s’est le plus consacré à la notion de noosphère. Dans un essai publié en 1945, il la décrit comme « un nouveau phénomène géologique sur notre planète », où, « pour la première fois, l’homme devient une force géologique à grande échelle ».

 

Identifier les excès de cette « force » n’est pas compliqué : il suffit de penser à la dégradation de la couche d’ozone, à la désintégration des habitats des animaux, à la destruction des forêts. Les effets de la noosphère seraient-ils vraiment si désastreux ? Non. Cela ne dépend que de nous.

 

 

Comment trouver l’équilibre dans la noosphère.

De la biosphère à l’atmosphère, toutes les dimensions du monde sont interdépendantes et, pour cette raison, elles impliquent un mode de vie où règnent harmonie, équilibre, respect et entraide. Le grand problème, toutefois, réside dans le fonctionnement de la noosphère, qui se traduit par un gaspillage sans précédent, une pollution atmosphérique intolérable, une exploitation massive des ressources naturelles, une production de déchets insoutenable.

 

Il est essentiel de contrecarrer les normes qui régissent notre société, en particulier le rythme ultra-accéléré de nos vies, la façon de ne pas considérer ce qui nous entoure et ce qui nous maintient en vie. Il nous faut valoriser les plantes, les sols, l’air, auxquels nous sommes liés et dont nous dépendons pour exister.

 

Afin d’enrayer cette logique, nous devons davantage nous centrer sur le collectif et non sur l’individuel. Comment pouvons-nous atteindre cet objectif ? Au fond, il faut prendre du recul, faire quelques pas en arrière et réfléchir à la façon dont la société était structurée avant les gratte-ciel, les vols low-cost, les chaînes de fast-food et le fast fashion.

 

Pour une noosphère qui soit en harmonie avec les autres dimensions (et avec elle-même), nous devons nous mettre en relation les uns avec les autres : connaître le nom de nos voisins, interagir avec notre communauté locale, de la couturière au salon de coiffure en passant par l’épicerie du quartier. Ensuite, il nous faut nous connecter à ce que la terre nous donne à chaque saison : autrement dit, se procurer des produits locaux et saisonniers, acheter de la vraie nourriture ! Ainsi vous êtes sûrs de ne pas consommer d’aliments ayant parcouru des milliers de kilomètres.

 

Il nous faut par ailleurs repenser nos habitudes de consommation : adopter un mode de vie moins consumériste, s’éloigner de la logique consistant à avoir telle ou telle chose juste pour l’avoir, se rapprocher de la démarche zéro déchet et des valeurs de l’économie circulaire.

 

À tout cela s’ajoute le self-care, l’art précieux de faire attention à soi : s’arrêter, observer ce qui nous entoure, regarder à l’intérieur et réfléchir. Prendre soin de son corps en faisant de l’exercice et en adoptant une alimentation saine. Prendre soin de son esprit en pratiquant des activités de pleine conscience (comme la marche, le yoga ou la méditation) à même de nous aider à ralentir la cadence, pour ainsi préserver notre santé psychologique. Pour faire attention à ce qui nous entoure, nous devons être capables de regarder et d’écouter.

 

Grâce à cette interconnexion, nous pouvons mettre en place des communautés durables, qui nous permettent de créer une véritable noosphère, capable d’entrer en relation de manière équilibrée avec les autres dimensions de la planète, de la protéger et de la préserver. Nous devons nous connecter à la Terre, car nous en faisons partie. Et tout peut commencer par un potager sur votre balcon ou sur votre terrasse. Noocity est là pour vous aider.

 

Noocity_HortaCorporate
Potager d’entreprise

Une solution “clé en main” avec un accompagnement de l‘installation à la récolte.

SAIBA MAIS SAIBA MAIS

Vous êtes intéressé?

Recevez les actualités de notre blog et découvrez toutes les success stories